L’art de l’échec

C’est toujours amusante de constater au combien certaines personnes cultivent le culte de l’échec. Rien n’est plus rassurant que l’échec, une fois au fond du trou on ne peut plus tomber plus bas. C’est confortable un cul de basse fosse : les gens vous passent au dessus sans prendre le temps de baisser les yeux et de vous cracher dessus, on se fait un paquet de nouveaux amis chez les parasites et les rongeurs. On peut y dormir tranquillement car nul chance qu’en ses temps de crises une main secourable vienne vous prendre par le col pour vous tirer de votre repos salutaire.
En ses temps troublent les canons se tendent plus facilement que les mains secourables, les charrettes sont légions sur nos routes.

Quoi de plus normal alors que certains de nos chefs bien éclairés admirent à ce point le fond du gouffre et cherchent par de nombreux moyens à nous y précipiter. Si vaillant que soit leurs efforts il ne faut pas perdre de vue que l’échec est l’affaire de tous, c’est une oeuvre collective. Le nauffrage n’est pas seulement l’affaire du capitaine, même s’il redouble d’efforts pour envoyer le navire dans les récifs : il ne pourrait rien faire sans l’aide précieuse des rameurs. Quand tout ce beau monde sera précipité dans les eaux sombres et glacées : ils s’étonneront de ne trouver aucune chaloupe de disponible. Ils auront déjà oublié qu’ils les ont jeté à la mer peu de temps auparavant pour avancer plus vite.

Ce qui m’attriste dans ce billet c’est ma position, loin d’être fidèle à mon chef je me sens plutôt d’humeur à rester au sec et à contempler les choses de loin. Si j’avais l’ombre d’une conscience professionnelle je me serais voulu de cet abandon. Au lieu de cela je suis tranquillement assis à boulotter du pop-corn en me délectant du spectacle.

Que le ciel vous tienne en joie.

Publicités

Gambadons dans la nature

Le printemps est de retour et même si cela ne fait pas les gros titres de la presse, c’est au moins le sujet phare des conversations de comptoir. Depuis le temps qu’on vous rabâche qu’il n’y a plus de saison, vous en êtes désormais intimement convaincu.

Alors évidement avec le retour du soleil les gens rêvent plus de batifoler nu dans les champs de pâquerettes plutôt de s’user les pupilles sur un écran. Faut les comprendre les gens, peut-être même qu’ils n’ont pas complètement tort, pour une fois. D’ailleurs moi aussi, il me démange de prendre le large vers des destinations exotiques où le tafia coule à flot et les palmiers sont légions. Vous l’aurez compris je parle du vieux pays de mes pères : la Bretagne.

Conséquence s’il en ai des beaux jours, la désaffection du commun d’internet. Le nombre de visites sur ce blog représente à peine 2,7 % de la population de Billiers. Sortez vos calculatrices si le coeur vous en dit. Ce n’est pas très encourageant, j’en conviens et je vais faire de mon mieux ou de mon pire pour redresser la barre.

Que le ciel vous tienne en joie.

Un peu de calme

L’agitation sur débordante de ces derniers jours ne s’est toujours pas éteinte, bien au contraire. Je parle, et vous l’aurez sans aucun doute compris du remue ménage de l’affaire du ministre Lamaindanslesac ou je ne sais plus trop son nom. Autant dans un premier temps je trouvais la farce drôle autant elle commence à devenir lassante sur la durée.

Le propre de la politique en terre gauloise est sans nul doute le surenchère. Ne sachant comment réagir autrement les divers représentants des divers remous de la scène politique se sont une nouvelle fois exprimés. Tous sans exception et tout particulièrement ceux qui n’avaient rien à dire. L’existence des portes-manteaux républicain est principalement fonction de leur temps d’antenne, si l’un d’entre eux s’absente trop longtemps de déclaration journalistique : il se condamne à l’oublie, et mets de fait un terme à sa carrière. Aussi est il bon de faire feu de tout bois et de se saisir de tout sujet brûlant avant qu’il ne refroidisse de trop pour y jeter son grain de sel. Quitte à parler un peu vite, à passer pour un imbécile parfois, mais c’est toujours mieux que le silence.

La grand messe du vingt-heures sert en ce moment de tremplin à la surenchère de transparences en tout genre. Transparence, en voici un vilain mot en langue de bois, autant peut-on le prononcer librement devant un journaliste mais qu’on évite bien consciencieusement de le prononcer à table. La transparence c’est bien pour le bas peuple mais pour les élites, et surtout les élites gouvernantes c’est une tout autre affaire. S’il plait à ses messieurs de l’assemblée d’interpeller tout porteur d’un micro et d’une carte de presse pour se pavaner comme des paons : ils apprécient beaucoup moins les voir tourner autours de leur prés carrés si jalousement gardé.
Tenez le vous pour dit : un ministre ça ne gagne pas grand chose, ça convoite encore moins et c’est tellement pris par sa charge que ça ne peut même plus s’adonner à la bagatelle. Etre ministre, mon bon lecteur, c’est un sacerdoce, un engagement de tout les jours, une dévotion sans faille à la nation qui ne souffre pas que certains petits curieux viennent y regarder de trop prêt.

A ce déballage sans vergogne de transparence de mauvais gout, ne doutez un instant que l’on ne vous montrera que ce que l’on veux bien vous montrer et pas autre chose, je ne serais pas étonné de voir certains élus baisser leur pantalon, au sens propre pour une fois, afin de nous offrir leur derrière en spectacle. Après nous avoir promis la Lune voici qu’ils nous la montrent.

Que le ciel vous tienne en joie.

Chahuzac ?

Diantre que d’agitations dans le monde politique.

Moi qui d’ordinaire ne prête tout au plus qu’une oreille distraite aux gesticulations du perchoir, je suis bien obligé de me pencher sur cette affaire. Quel que soit l’endroit où je m’aventure je n’entends parler que de Cahuzac et de son crime. Crime ! tout de même comme vous y allez, il ne s’agit que de quelques millions de francs et suisses de surcroît. Un ministre qui confond les caisses de l’état et son compte personel ce n’est pourtant pas la première fois que l’on voit ça sous notre belle république. Pas de quoi en faire tout un emmental.

Bon, qu’il confonde les milles et les millions c’est tout de même plus ennuyeux pour un ministre du budget. Gageons qu’il n’oublie les bases de arithmétique que pour ses comptes personnels et non dans l’exercice de sa fonction. Si ce n’est le cas, le pays risque de se retrouver dans la panade, à moins que ce ne soit déjà le cas. Allons nous continuer à lui tenir rigueur pour quelques broutilles ? Si le président allait jusqu’au bout de ses dires et ce lançais dans un grand ménage de printemps et commençait à limoger tout les ministres prix dans les filets de la justice, autant dire qu’il limogerait à tour de bras, qui resterait il ?

N’oublions pas que le premier ministre en poste à lui aussi été condamné par la justice pour ce genre de babiole. Du temps où il était encore maire de Nantes, il à simplement préféré donner un marché à son beauf plutôt que de lancer un appel d’offre. Je pense qu’il n’a fait cela que dans le but d’éviter au contribuable nantais la dépense d’un appel d’offre.
La mémoire n’est pas le fort de nos dirigeants s’est bien connu, notre président à du oublier ce détails avant de monter sur la tribune faire son petit numéro aux journalistes présent et avides de déclarations.

Et pendant ce temps là un ancien président se défile face à la justice …

Que le ciel vous tienne en joie.

Fred est mort

Fred, alias Frédéric Othon Théodore Aristidès.

Un génial auteur de bandes dessinés, Fred, c’est éteint hier. Je ne pense pas qu’il a eu les honneurs télévisuels qui lui seraient revenus de droit mais comme je ne regarde que très peu la boite à conneries je ne saurais trop m’avancer.

Fred, est un auteur qui a particulièrement bercé ma prime jeunesse et qui me ravissait encore maintenant. J’ai commencé Fred par la série Philémon. Série que j’ai lu et tellement relu que je ne saurais en tenir le décompte. J’ai apprécié ses oeuvres, je le ai dégusté en fin gourmet et dévoré en bon goinfre. J’ai autant souhaité voir une adaptation de ses oeuvres sur un grand écran que j’en ai eu peur. Heureusement que l’adaptation du Chat du Rabbin m’a prouvé que l’on pouvait avoir de bonnes surprises en la matière. Peut-être que maintenant qu’il est parti, un talentueux réalisateur passera-t-il le cap du projet fou pour réaliser une adaptation digne de la poésie de son auteur. Peut-être ….

Fred c’est éteint, si ça ne tenais qu’a moi je lui aurais interdit … je doute que sa place soit remplacée de si tôt.

Le manifeste des catégristes exédés

Je suis tombé au détour d’une lecture sur un texte qui pourrait prêter à rire si le sujet n’en était pas si grave.

Un bande de catégristes autoproclamés seuls et uniques défenseurs de la seule vraie fois s’attaque de plein fouet à la chienlit démocratique. Ils prétendent que leurs voix ne sont pas écoutées et leurs arguments balayés, rien de moins, mais ils en oublient surement qu’ils sont minoritaires. La démocratie est la loi du plus grand nombre et pas de ceux qui hurlent le plus forts.
Certes c’était bien vu de leur part d’ameuter autant de monde à la contre manifestation mais pour autant cela ne leur donne pas une légitimité suffisante pour faire ployer la loi.

Les pauvres à les en écouter les catholiques ne seraient plus qu’une minorité brimée par les autorités au pouvoir. Un instant comment se prétendre une minorité et faire valoir le poids du nombre. Se pourrait-il qu’il s’agisse ici d’une multiplication miraculeuse comme celle des poissons dans l’évangile ? Comme il ne sont pas à une contradiction prêt : je continue toujours ma lecture et je ne résiste pas à la tentation de vous en sortir quelques extraits choisis.

Nous sommes excédés par le sang et le gaz qui coulèrent en chaudes larmes.

Charles de Meyer (Nouvel Arbitre)

Rien que ça ? La police aurait tirée à balles réelles et on déploreraient de nombreux morts ? Comment les médias ont ils osé nous cacher tout ça. Mon Dieu mais c’est horrible …

[…] préfecture de police a traité comme de sous-citoyens.

Charles de Meyer (Nouvel Arbitre)

Les CRS pour tous, c’est aussi au programme. C’est bien une preuve de favoritisme que de recevoir les attentions des forces de l’ordre dans une manifestation. C’est étrange qu’on ne les aient pas plus entendu lors des précédentes manifestations : elles aussi dispersés par les mêmes moyens.

Ce n’est pas ici le lieu pour revenir sur les innombrables raisons qui fondent notre refus d’une loi inique et mensongère.

Camille (La Table Ronde)

Le dialogue sauce catégriste. Avec des arguments aussi démocratiques je me demande pourquoi on ne les as pas plus convié au débat.

La suite est tout aussi affligeante, on saute du coq à l’âne en ressortant des actes de vandalismes à l’encontre de quelques églises. Nul doute qu’il s’agit là de l’oeuvre de militants homosexuels venus voler des objets de cultes pour leur actes dépravant.

Je laisse au lecteur le soin de vérifier la véracité de mes extraits. Que le ciel vous tienne en joie.

La manif pour tous : les enfants en première ligne

La manif pour tous : les enfants en première ligne.

Franchement je savais depuis longue date que les catégristes ne brillaient pas par leur raisonnements brillants mais je ne m’étais pas encore imaginé qu’ils puissent prendre cette expression au pied de la lettre. Bien qu’ils soient passé maître dans l’art de la lecture au premier degré : il faut leur reconnaître une certaine maîtrise dans ce domaine de la bêtise.

Ce week-end à eu lieu la manifestation pour contre le mariage homosexuel, la guerre étant perdue : les catégristes ont encore essayé de faire parler d’eux en s’offrant un dernier baroud d’honneur, histoire de prouver leur existence. On se serait volontiers passé de cette (sur)exposition médiatique de poncifs arriérés mais il faut bien que les journalistes se nourrissent. En bon pères (et bonne mères) de famille, les joyeux crétins en col romain sont montés sur la capitale accompagnés de leur rejetons. Il est bien connu, et ce depuis 1968 que les manifestations sont de bien agréables endroits pour y emmener sa marmaille.
Comme toujours ils ont été solidement accueillis par les représentants des forces de l’ordre. Les CRS, tout comme les catégristes, ne brillent pas souvent par la qualité de leurs réflexions, à leur décharge ils ne sont pas payés pour bien au contraire. Réfléchir ce n’est jamais bien vu dans l’armée.

Les manifestants voulaient, comme toujours, se frayer un passage vers l’Elysée et comme toujours ils se sont fait refoulés. Rien de surprenant, bien au contraire. Tout mouvement de foule qui se dirige vers le chef lieu d’une instance dirigeante se retrouvera face à une présence policière proportionnelle à l’importance des forces en présence, c’est le théorème de Gaule. Rien de bien nouveaux sous le ciel hexagonal si ce n’est la présence d’enfants dans les rangs des agités. Mettre des gosses en première ligne des gudards en voilà une riche idée. Avec un peu de chance, les marmots passeront au dessus des coups de matraques et des gaz lacrymogènes, après tout Dieu les gardent.
La voilà la riche idée des catégristes nouvelle génération : impliquer directement les enfants dans leur combat. En faire des martyrs me diriez vous ? Et bien non, un martyr est un individu qui se sacrifie pour ses idées ou sa religion et pas un innocent poussé par des parents imbéciles dans un combat auquel il n’entend rien et qui ne le concerne certainement pas.

Si des individus ont voulu prouver qu’ils n’étaient pas aptes à élever des enfants c’est chose faites.

Lacoste

Monsieur l’ambassadeur de France,

vous n’êtes pas sans savoir l’horrible drame qui nous touche. Hier dans la matinée, monsieur [—] 32 ans est tombé du radeau lors d’un safari dans le lac. Il a été immédiatement attaqué par un crocodile. Malgré la réaction rapide des guides nous n’avons pas pu empêcher le drame. Le crocodile à été abattu et sa dépouille à été remontée sur la rive.

Monsieur l’ambassadeur, vous ignorez peut-être la voracité de ses sauriens mais tout est il que la quasi intégralité de la dépouille de monsieur [—], et je me permets de vous épargner quelques détails sordides, gît maintenant au fond de l’estomac de la bête. Ce qui m’amène naturellement à cette question : que faire ?

Doit on procéder à une nécropsie du crocodile pour essayer d’extraire les reste de Monsieur [—]. Dans ce cas faut-il faire appel à un zoologiste ou à un médecin légiste ?

Doit on rapatrier la dépouille de l’animal vers la France, dans ce cas il faudra sans doute une dérogation pour les douanes car l’importation de viande de crocodile est prohibée par les autorités sanitaires.

Doit on incinérer l’animal avec son contenant pour rapatrier les cendres en France ?

Ne sachant que faire dans cette situation délicate, je m’en remets pleinement à votre sagesse.

Veuillez croire, Monsieur, en l’expression de ma dévotion

Le pape nouveau est arrivé

Le pape nouveau est arrivé, ça s’arrose un peu moins que le beaujolais mais c’est une nouvelle qui marque l’actualité quand même.

Après des tonnes d’expertises diverses et variées des autoproclamés spécialistes en conclave, qui se sont toutes avérées aussi fausses que fantaisistes, une fumée blanche c’est enfin élevée. On repasserait bien la scène au ralenti, le travelling avant sur la cheminée en zinc, la légère brume blanchâtre qui se transforme bientôt en honnête fumée blanche … quel moments d’intense émotion.
Un nouveau pape trône désormais à la tête de l’église catholique, soit.

Attention la suite de ce post contient des passages et des propos probablement compatibles avec les discours des chiennes de gardes. Vous êtes prévenu.

Un nouveau pape trône à la tête d’une institution passablement archaïque et phallocrate : faut il s’en réjouir pour autant. N’étant ni catholique, ni croyant et potentiellement hermétique à la grâce, je suis moins touché que d’autres par le changement de tête pontifical. En fait et pour parler cruement je m’en tartinerais volontiers les deux faces de ma biscotte de cette élection. Toutefois je ne peux me priver du plaisir de refroidir les candides à la fraîcheur de la bonne douche écossaise de la réalité. C’est mon coté pervers et je l’assume pleinement.

Certains pensent que ce pape sera proche des pauvres que les précédents, plus humain, plus humble, c’est bien mais concrètement ça donne quoi ? Cela ressemble beaucoup aux conjonctures habituelles que l’on fait à chaque nouvelle élection. Je doute que les cardinaux soit du genre réformiste et se soit décidés à la dernière minute à élire un beatnik réformateur. A bien y regarder l’église n’évolue pas beaucoup, le moindre changement de virgule dans un dogme est ressenti comme un séisme par le saint siège. De nombreux thèmes ne semblent toujours pas au gout du jour : afin d’éviter la facilité : je ne m’attaquerais pas au rejet de l’homosexualité par l’église. Cette dernière semble parfois plus proche des néo nazis 1 et des pédophiles que des gays, je ne m’étendrais pas plus sur le sujet vous devinez mon opinion là dessus.
Que les skinheads de bonnes familles se rassurent : le nouveau pape est radicalement contre l’hérésie homosexuelle.

Nous sommes entré de plein pied dans le deuxième millénaire et l’église catholique est toujours aussi rétrograde sur la place des femmes en son seing. Aux dernières nouvelles : une femme ne peut toujours pas célébrer de messe, et toujours de mémoire aucune femme n’a de poste dans la hiérarchie catholique. La grande question est de savoir pourquoi persister dans une telle démarche.
On aurait pu croire que l’église allait vouloir se mettre en mouvement et tenter de combler le fossé qui la sépare de la réalité de notre époque et bien non. A croire que les fossiles du Vatican confondent encore intemporalité et arriérisme. Les intégristes à la croix de bois n’ont-ils toujours pas pardonné le péché originel d’Eve ? Tant de bonne questions qui ne vont pas passionner les foules mais qui méritaient à mon gout d’être soulevé.

A quand une femme curée ?

1 Mgr Williamson par exemple, réintégré par Benoit XVI

Pop

Le pape vient de démissionner et maintenant le monde est presque en ébullition en attendant la suite. Enfin le monde catholique s’entend, je pense sans trop m’avancer que les musulmans s’en battent le sajada et que les juifs s’en secouent méchamment les peots. Sans offense bien sur.

Les temps changent et on pourrait croire que les papes restent les mêmes et bien pas tant que ça finalement. Si maintenant le Saint Père peut démissionner de sa charge (ce qui est une première dans l’histoire de la chrétienté) on peut s’attendre à d’autre modification de ce genre. Par exemple il ne serait pas exclu que le droit de grève lui soit acquis.

Ne serait il pas normal que le Saint Père manifeste auprès de son supérieur direct (Dieu en l’occurrence) quelques résistances sur la gouvernance des choses d’en bas. Quand on sait les considérations bassement matérielles qui poussent la SNCF à faire le piquet ce serait parfaitement justifiable. A quand le syndicat des représentant des grandes religions ?

Aux termes des avancées sociales, il serait bon aussi d’offrir au Saint Padré le droit de bénéficier comme tout bon travailleur de congés parentaux. Ce ne serait pas la première fois à travers l’histoire qu’un pape se découvre une descendance ou se mette à accoucher durant la messe. Pardon, ce n’est plus possible désormais puisque qu’un cardinal s’assure de la présence des couillons papistes avant la prise des fonctions de l’élu et de s’exclamer : Il en a une belle paire et elles sont bien pendante comme nos figues. Vous y penserez la prochaine fois en mangeant votre tartine de confiture.

Voilà en gros, ce que personnellement, je pense que nous sommes en droit d’attendre comme évolution de la part de l’église catholique. Contrairement à ce que pourraient prétendre quelques gratte papiers en mal de scribouille juteuse : il me semble peut probable que nous ayons droit à d’autres évolutions plus probables. A en croire la frange conservatrice des cathégristes (catholiques intégristes, néologisme du cru : abusez en) le sauveur serait née quelque part entre la Normandie et la Champagne. Il est donc tout à fait naturel, à les écouter toujours, que le pape soit un vieux blanc européen et conservateur et pas un aborigène ou un autochtone subtropical. Ceci malgré la plus forte concentration d’adorateur du Christ dans les zones sus nommées, allez comprendre : les voies du seigneur sont aussi impénétrables que le conclave.
Je ne pense pas non plus que le nouveau pontife sera plus ouvert que ses prédécesseur à la question de la place de femmes. Il faut bien que quelqu’un s’occupe des enfants et fasse la cuisine pendant que les hommes vont à la messe. La question homosexuelle subira le même traitement : à l’index.

Que les cathégristes se rassurent ce n’est pas le nouveau pape qui leur reprochera de lire Rivarol en pensant au bon vieux temps.

Que le ciel vous tienne en joie.